QUESTIONS FRÉQUENTES

Le projet éolien du Génois s’inscrit dans une démarche de développement durable du territoire. Il est réalisé par la société Calycé, qui a déjà développé plusieurs projets à proximité. Agriculteurs du Grand Est, nous connaissons les contraintes locales et resterons votre interlocuteur pendant toutes les étapes du projet.

Suite à la COP21 et aux accords de Paris, la France s’est engagée à augmenter la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, et ainsi rattraper son retard sur ses voisins européens.

De par sa production d’électricité 100% renouvelable, le projet répond aux objectifs portés par le gouvernement à travers la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) qui a pour ambition de doubler le parc éolien français d’ici 2028 et, ainsi, de passer de 17 GW à 35 GW de puissance installée en 2028.

Le département de l’Aube fait partie des départements éligibles à l’installation de nouveaux projets grâce à sa surface disponible pour développer de tels projets. De plus, le gisement favorable et l’absence de contraintes techniques rédhibitoires sont d’autant d’éléments qui viennent nous assurer de la qualité de la zone étudiée et de la bonne faisabilité du projet.

Le dossier sera déposé en fin d’année 2022 à la préfecture de l’Aube. Le Préfet, après avoir consulté les différents services instructeurs, prendra la décision finale.

Pour la grande majorité, les retombées locales prennent la forme d’un impôt dépendant de la puissance nominale installée, et qui est reversée chaque année pendant toute la durée d’exploitation du parc éolien (au moins 30 ans). Cette taxe est reversée aux communes d’implantation, à l’intercommunalité ainsi qu’au département.

A ce jour, le modèle pressenti est de type Vestas V150 pour le projet du Génois, dont la puissance unitaire est 5,6 MW. Ce modèle est le plus adapté au site d’un point de vue technique, et permettra par ailleurs de maximiser les retombées locales compte tenu de sa puissance vis-à-vis des modèles équivalents en taille.

Pour ce projet et pour chaque commune du projet, les retombées financières du parc sont estimés à plus de 49 000 euros par éolienne et par an, réparties entre la commune, l’intercommunalité et le département. Sur la durée du parc, estimée à 30 ans, cela revient à plus de 1,5 millions d’euros par éolienne soit 23,5 millions d’euros pour 16 éoliennes.

Ces retombées permettront aux communes et à l’intercommunalité de financer et de réaliser de nouveaux projets dans l’intérêt des habitants.

Vous pouvez bénéficier du projet de deux façons.

De manière indirecte, les retombées financières locales allouées au département, à l’intercommunalité et aux communes d’implantation du parc, vont permettre de financer des projets locaux. Ainsi, si vous habitez dans le secteur de Montaulin, mais aussi plus généralement au sein de la communauté d’agglomération Troyes Champagne Métropole, vous en bénéficierez.

De manière directe, vous pourrez également contribuer au financement participatif citoyen qui sera réservé en priorité aux riverains du projet. Il s’agit d’une collecte de fonds gérée par le spécialiste ENERFIP (Enerfip.fr). Chaque riverain pourra investir et ainsi bénéficier des rendements du parc éolien du Génois. De plus, nous souhaitons mettre en place une offre avec le fournisseur d’électricité verte ekWateur (ekWateur.fr) pour une électricité à bas coût. Les riverains le désirant pourront souscrire à cette offre qui leur permettra d‘économiser de 10 à 25% sur leur facture annuelle d’électricité ! Le tarif de l’offre Calycé sera calculé en fonction du nombre d’adhésions, et sera destiné en priorité aux riverains des communes d’implantation du parc.

Nous organisons une campagne de porte-à-porte sur les communes du projet avant la fin des études afin d’informer les riverains du projet et de son avancée. Cette démarche ne répond pas à une obligation réglementaire. Elle vient d’une initiative de Calycé, soucieuse de vouloir co-construire les projets avec les acteurs du territoire en amont. Cette étape permettra de collecter plus d’informations sur les attentes et les perceptions des riverains sur la mise en œuvre du projet. Notre objectif est de pouvoir ensuite prendre en compte ces retours dans notre démarche de développement de projet.

La campagne de porte-à-porte a également l’objectif de mobiliser un maximum de personnes pour la permanence publique qui se tiendra peu après la campagne de porte-à-porte. Cette rencontre, organisée à l’initiative de Calycé, est un moment d’échange unique entre le développeur et le public.

Après dépôt de la demande d’autorisation, une enquête publique aura lieu et sera encadrée par un commissaire-enquêteur. Celui-ci recueillera l’avis de toutes les personnes souhaitant s’exprimer sur le projet déposé et établira un rapport d’enquête afin d’éclairer l’avis du préfet.

La réglementation prévoit une distance minimale de 500 mètres entre une éolienne et les habitations. Cette distance a été définie par l’Etat afin de préserver le cadre de vie des riverains et limiter la gêne sonore.

L’implantation précise des éoliennes sera définie une fois que les études seront finalisées.

  • L’étude écologique est réalisée par le bureau d’études Vnatura, spécialisé dans les études de faune et flore. Le bureau d’études réalise un diagnostic écologique complet sur la zone d’étude et qui porte sur plus de 20 kilomètres autour de la zone du projet. Pour ce faire, il effectue plus de 50 sorties d’observations afin de bâtir un état des lieux complet des différentes espèces et de leurs habitats pour ainsi déduire la sensibilité du site vis-à-vis de l’implantation d’éoliennes. L’ensemble des phases (migration prénuptiale, nidification, migration postnuptiale et hivernante) est étudié minutieusement afin d’aboutir à un inventaire complet des espèces d’oiseaux sur l’ensemble des saisons.
  • L’étude acoustique est faite par le bureau d’études Venathec. Il réalise une campagne acoustique sur une durée de 30 jours consistant à placer des microphones chez les riverains susceptibles d’être les plus exposés au parc. Les micros permettent de mesurer le bruit avant l’installation des éoliennes pour ensuite simuler les effets du futur parc éolien.
  • L’étude paysagère est réalisée par le bureau d’études Ater Environnement. Cette étude analyse l’intégration du parc dans le paysage, notamment à travers la réalisation de nombreux photomontages. Les sites et de monuments patrimoniaux sont étudiés dans un rayon de plus de 20 kilomètres autour du projet.

PARTICIPEZ À LA CONCERTATION

CLIQUER ICI
Go to Top